23.08.18

Henri Seydoux

#43 Henri Seydoux – Parrot – du Palace au sommet du marché de la tech sans jamais avoir fait…

23.08.18

Henri Seydoux - Parrot

Henri Seydoux – Parrot

À 57 ans, le moins que l’on puisse dire d’Henri, au delà du fait qu’il soit un brillant autodidacte, c’est que c’est un pur génie de la tech !

“J’étais un bon geek mais un mauvais père, j’ai foutu toute mon énergie à bosser’…’’

J’ai eu la chance d’interviewer pour ce podcast le président et fondateur de Parrot, ce fleuron français que vous connaissez pour ses drones, casques sans fils et autres appareils bluetooth pour les voitures. Henri Seydoux (oui, le papa de Léa), raconte- avec de l’humour et parfois beaucoup d’émotion – aux micros de Génération Do It Yourself, ses débuts en tant que journaliste, les rencontres qui ont changé le cours de sa carrière ainsi que ses regrets et ses projets futurs.

“ Je voulais être journaliste, une sorte de rêve d’enfance…mais malheureusement j’étais assez dyslexique et un peu autiste dans le fond.”

Au début des années 80, LA boite de nuit de Paris s’appelle “Le Palace”. Henri y passe ses soirées et côtoie les pionniers de l’avant-garde tels que Karl Lagerfeld ou encore Mick Jagger. C’est aussi là-bas qu’il rencontre Jean-François Bizot, qui lui propose de l’embaucher en tant que journaliste à “Actuel”. Mais très vite, il se rend compte que ce n’est pas pour lui.

“J’ai vécu mon rêve pendant 6 mois et j’ai bien compris qu’il fallait que je fasse autre chose…j’étais malheureux parce que je n’étais pas doué”

Une rencontre change le cours de sa vie. Celle avec Roland Moreno, qui était en train d’inventer la carte à puce et qui lui parle d’Apple. Il achète un Apple 2 et en 6 semaines connais déjà les bases de la programmation.

En enchaînant les petits boulots pour des boîtes de service, il rencontre François Mizzi, prof à l’école des Mines, qui monte sa start-up. On est alors en 1983, l’idée est de fabriquer des ordinateurs de poche pour les démocratiser dans l’éducation. Henri se retrouve embarqué dans ce projet qui profite d’un fonds de 6 millions de dollars accordés par ELF. Il code si vite (et bien !) qu’il devient « lead dev » devant tous les autres, pourtant sortis des grandes écoles.

La boîte épuise ses fonds assez rapidement et ne peut plus continuer ses activités. C’est alors qu’avec Jamal Berber, qui était son directeur technique, ils décident de s’associer, négocient une licence auprès des investisseurs et lancent leur propre projet BBS. Une boîte orientée objets, fenêtres, icônes pour ordinateurs portables. Une sorte d’android dans les années 80, qu’ils emmènent à la Silicon Valley pour le proposer à Apple, qui leur fait une proposition de contrat.

Mais les deux associés ne s’entendent pas, Henri lâche ses parts, Jamal continue tout seul.

“C’est difficile de mettre son intelligence au service de quelqu’un…c’est plus facile de développer son imaginaire et que les gens puissent le reconnaître et l’apprécier tel qu’il est.”

Henri enchaîne ensuite avec sa deuxième entreprise, “SoftSeydoux”, qu’il lance à son propre compte puis il s’associe avec son ami architecte et dessinateur de bandes dessinées Pierre Buffin pour créer “BSCA”. Une boîte de “computers graphiques” qui fait de la 3D pour la pub et pour la télévision. De 1985 jusqu’à 1990 il y apprend tout, de la gestion à l’organisation en passant par le recrutement ou la commercialisation. Il finit par lui revendre ses parts.

“Si on veut monter une startup il faut bien se dire qu’on va s’y coller pendant entre 5 et 10 ans, sinon ce n’est pas la peine”

Il s’associe alors à un ami dessinateur freelance pour monter une boîte de mode. Il y travaille un peu moins de 2 ans en tant que business developper. Cet ami, c’est un certain Christian Louboutin (!).

L’aventure de Parrot

Ne pouvant rester loin de son terrain de prédilection, Henri revient à la tech en créant Parrot en 1994. Il s’intéresse à la reconnaissance vocale et demande de l’aide auprès de ses vieux contacts pour développer, dans sa cuisine, un prototype logiciel. Il envoie ce dernier à Sofinnova par la poste. 15 jours après ils lui répondent, prêts à investir 5 millions de francs. 9 mois après, la boîte est lancée.

Avec son associé Jean-Pierre Talvar, ancien directeur d’Alcatel, Henri lance toutes sortes de produits tels que les agenda pour aveugles, les téléphones mains libres pour voitures, les drones, les jeux vidéos.

“Tout est question de finition et de sens du détail.”

La crise de 2001 vient leur donner un coup de pouce. Ils lancent en b to b leurs systèmes bluetooth quand tout le monde a fermé ses centres de R&D et se retrouvent leaders sur le marché.

En 4 ans à peine, l’entreprise Parrot monte de 10 à 200 millions de CA.

“Tu peux faire des ventes de centaines de milliers de dollars, ça veut pas dire que ça va durer…si tu fais pas de nouveaux produits tu risques de disparaître.”

Aujourd’hui encore, et après avoir réussi à s’imposer en tant que leader des produits électroniques pour smartphones, Parrot se bat pour garder sa place en ne cessant d’innover et de repenser la technologie.

C’est d’ailleurs pour ça que Henri vient tout juste de lancer son dernier produit : Anafi, un drone revisité d’une façon plus ciblée.

Vous pouvez suivre Henri sur sont LinkedIn ou bien sur le site Parrot

“Il faut suivre ses propres opinions, développer son imaginaire, aller de l’avant. La seule façon de le faire c’est de le faire bien.”


 

Et n’oubliez pas, j’ai besoin de vous pour partager chaque épisode, et noter le podcast 5 étoiles partout ou vous pouvez!

À (re)lire sans modération

Résumés des épisodes, articles sur l’entrepreneuriat et le monde du podcast en France.

Voir tous les articles
  • DESIGN & DEV
  • CROISSANCE
  • CONTENU
  • DATA LAB
  • FINANCEMENT
  • CONSEIL
  • DESIGN & DEV
  • CROISSANCE
  • CONTENU
  • DATA LAB
  • FINANCEMENT
  • CONSEIL
  • DESIGN & DEV
  • CROISSANCE
  • CONTENU

Dans la vraie vie, Matthieu dirige cosavostra, une agence digitale internationale qui conseille accompagne ses clients pour se développer dans le monde numérique. Grâce à sa StreetCred qui franchit les frontières et son équipe de choc des plus téméraires, CosaVostra accompagne des startups, des PME et les entreprises des plus prestigieuses de l’univers dans leur croissance. Si vous voulez soutenir GDIY et travailler avec l’agence de 2030 : cliquez ci-dessous !