14.07.19

# 87 Mikael Aubertin – Good Goût – Séduire les consommateurs les plus difficiles : les bébés

Vendre des lessives chez Unilever et se faire recruter chez McKinsey pour finalement se lancer dans les purées et les compotes. Voilà le destin hors du commun de Mikael Aubertin, qui vient de revendre Good Goût 10 ans après sa création. Découvrez toutes ses recettes dans cet épisode unique de Génération Do It Yourself!

“Quand tu sais vendre des lessives, tu sais tout vendre”

Mikael Aubertin commence chez Unilever en tant que commercial. S’il comprend vite l’importance d’aller au contact des gens pour leur vendre ton produit et qu’il emmagasine un savoir impressionnant sur la vente, il finit par rêver d’autre chose. Alors, il part … chez McKinsey. L’histoire aurait pu s’arrêter là mais non, en 2008 sa vie change : il devient papa. Entre deux couches et un biberon, il décide de démissionner pour fonder sa propre entreprise. Il ne lui manque plus que le projet … 

“Je suis allé voir ma femme, je lui ai dit je vais démissionner et monter ma boîte, je sais juste pas de quoi. Elle m’a soutenu direct”

Et ce projet, il arrive au petit bonheur la chance, lors d’un apéro, en la personne d’Alexandra qui porte en elle les genèses du projet. Ensemble ils décident de créer une entreprise de nourriture pour les bébés qui est à la fois bonne et bio. Good goût est né. En 10 ans, tout s’enchaine, les succès, les échecs, les premiers clients, la séparation des associés. Pourtant, rien ne change dans le fond : toujours avoir de la qualité pour bébé … et pour les parents qui achètent. 

“On s’était toujours dit qu’on arrêterait si, soit on était plus les bonnes personnes soit, on commençait à s’ennuyer.” 

Pourtant, après 10 ans, lui et sa femme Julia, qui entre-temps l’a rejoint, décident de vendre. Leurs nouveaux projets ? Profiter de leurs 4 enfants mais aussi, pourquoi pas se relancer dans une nouvelle aventure entrepreneuriale.  

Dans cet épisode de Génération Do It Yourself, Mikael Aubertin nous dit tout : le pourquoi mais aussi (et surtout) le comment. De son premier job à Sydney en passant par ses années chez Unilever à la vente de good goût, il nous donne tous les détails de son parcours de vendeur à entrepreneur.  

Il recommande 

Sapiens : une brève histoire de l’humanité et le deuxième volume, Homo deus,une brève histoire du futur de Yuval Noah Harari 

Notre poison quotidien de MArie-Monique Robin 

La revue le 1  

On cite aussi les épisodes précédents du podcast : 

# 81 Jacques Antoine Granjon – VEEPEE – l’aventure, l’hypercroissance, les marques et l’instinct

# 78 Cécile Roederer – Smallable, une affaire de famille 

# 72 Philippe Gabilliet – L’art de provoquer sa chance

# 54 Alexandre Prot – De McKinsey à QONTO (en passant par les cigarettes électroniques) 

🙏 N’oubliez pas de partager, c’est simple et ça m’apporte beaucoup, et SURTOUT de noter ce podcast sur iTunes (bande de feignasses, vous n’êtes pas assez à l’avoir fait).

Pour travailler avec CosaVostra -> contact@cosavostra.com