31.05.19

Comment lancer son podcast avec les moyens du bord : Méthode testée et approuvée par #GDIY

Monétisation Podcast

Depuis que je me suis lancé dans le podcast avec Génération Do It Yourself, beaucoup de personnes me demandent comment j’édite chaque épisode pour éviter que ça me prenne trop de temps.

Après 35+ épisodes, j’ai optimisé au maximum la post production, ce qui peut fonctionner très bien pour un “talk” qui nécessite moins de montage qu’une histoire de type “Serial” ou “Startup”.

J’ai beaucoup hésité à faire ce partage en audio, ça viendra peut-être, mais je crois que ce n’est pas ce que viennent chercher les abonnés à #GDIY… donc je commence par l’écrit.

La Distribution 📲

Au départ j’utilisais Soundcloud comme outil de push pour mes Podcasts, en gros c’est de là que tout part et où tout est hébergé.

Mais il faut admettre que l’expérience montre que c’est loin d’être la meilleure plateforme (tout le monde semble d’accord, notamment si vous faites des recherches en anglais) car elle est dévelopée pour la musique pas pourles podcasts…

Aujourd’hui j’utilise ART19, qui est top mais vraiment très (trop) pro (et plus cher).

Je vous recommande vivement d’essayer Ausha que j’ai testé sur nos autres podcasts, en utilisant ce lien : https://fr.ausha.co/?fpr=mattincouch (vous aurez un mois gratuit et moi aussi).

Pour cela il vous faudra un compte qui commence à 11€ par mois.

Sur Ausha, créez votre podcast, nom, photo de profil, description, etc.

Créez ensuite un compte sur “Podcast Connect” sur apple, pour rendre votre Podcast disponible sur iTunes (la plus grosse source de trafic) — et connectez le à votre Soundcloud grâce au flux RSS que vous trouverez dans les paramètres soundcloud.

Et voilà, vous avez un podcast, il n’y plus qu’à le produire!

La Production 🎚️

Définissez comment vos épisodes vont s’articuler.

Ayant d’autres activités, et sachant que le principal étant l’échange avec mon invité plus que ce qui va autour, j’ai choisi, après quelques épisodes, d’aller au plus simple du plus simple.

J’ai donc produit :

  • une entrée, qui présente mon podcast pour les petits nouveaux et un sponsor (mon cabinet de conseil et agence digitale CosaVostra). Certains diront que c’est un peu long, je me limite à deux minutes, et après c’est zéro interruption jusqu’à la fin.
  • une sortie, qui rappelle à tous les auditeurs qui sont allés au bout, que j’ai besoin d’eux pour noter le podcast (5 sur 5) et s’abonner si ce n’est pas encore le cas.

Pour faire cela, j’utilise un bon vieux logiciel gratuit et un peu indigeste, qui s’appelle Audacity ! Il n’a pas bougé depuis 2000, mais il fait toujours largement le job.

Lors des premiers épisodes, j’ajoutais une intro à chaque épisode pour présenter l’invité, et une conclusion qui n’avait que très peu d’intérêt.

L’intro est une bonne chose, mais j’ai décidé de la supprimer dans un souci d’efficacité. Cela permet par ailleurs de rentrer plus rapidement dans l’épisode.

De même, j’ai arrêté de passer des heures sur chaque épisode pour supprimer les “heu”, égaliser le volume et faire toutes ces taches qui font qu’un podcast a un son beaucoup plus pur.

J’ai automatisé tout ça grâce à un logiciel en SaaS qui s’appelle Auphonic, et qui fait tout ça automatiquement. Ça coute 9$ par mois et ça m’a littéralement changé la vie.

En gros, j’ai créé un template de “Multitrack Production” que j’utilise pour chaque épisode, et qui me produit tout en quelques clics :

  • Je choisis la piste 1, la mienne, dénommée “Matt” — qui est déjà accessible sur DropBox (cf ci dessous)
  • Je choisis la piste 2, celle de mon invité — idem
  • Je clique les box pour faire le “noise and hum reduction”
  • J’ai pré-sélectionné mon intro et ma conclusion
  • J’ai déjà tout branché à Soundcloud en sortie (j’ai mis en privé, je finis mon éditing sur Soundcloud)
  • ET BIM je clique sur entrée et c’est plié. L’épisode est dispo sur Soundcloud en quelques minutes.

Une fois sur Soundcloud, je mets à jour les mots clés, les textes, le titre et je le mets en public.

Il se propage ensuite automatiquement sur toutes les plateformes.

Notamment sur Facebook, Instagram, Linkedin ou encore Twitter où je vous invite à vous abonner pour ne rien rater 👍.

Voilà c’est aussi simple que ça !

L’enregistrement 🎙️

  • Trouvez une salle calme, où personne ne vous dérangera, et sans écho (avec des rideaux, tapis, et des meubles, pas nécessairement une insonorisation de studio !). Trouvez idéalement de bonnes chaises, qui ne bougent pas, pour éviter le bruit.
  • Préparez votre matos, faites idéalement une check list (piles, eau, écouteurs, etc) et branchez tout.
  • Installez votre invité et mettez-le à l’aise en lui expliquant comment l’échange va se dérouler (première question, axes à creuser, etc.)
  • Pour une qualité de son optimale, si vous avez des micros avec bonnettes, expliquez lui qu’il doit parler “la bouche dans le micro”, et que si il tourne la tête vous lui ferez un signe.
  • J’enregistre avec des écouteurs pour monitorer en permanence. C’est dérangeant pendant quelques minutes mais on s’y fait très vite.
  • J’ai supprimé les pieds des micros, qui sont très adaptés au studio, mais quand on enregistre dans une salle de réunion il faut que l’invité reste collé au micro. Ma petite expérience me montre que ça fonctionne mieux sans pied.
  • Tout le monde doit mettre son téléphone en mode avion (à mettre dans la check list !) pour éviter les perturbations.
  • C’est parti, installez-vous confortablement et appuyez sur REC !

Dès que l’enregistrement est terminé, je transfère sans attendre le contenu de la carte mémoire sur mon ordinateur portable, sur DropBox (dans le fichier Auphonic, on y reviendra plus tard).

Pour le reste…

Il y a plein d’autres manières d’enregistrer, des meilleures, et des moins bonnes, du studio, de l’iPhone (avec l’appli Hindenburg), du montage de précision, etc.

Je n’ai pas la prétention de vous dire que je fais mieux, mais c’est aujourd’hui ce qui est pour moi le plus efficace, et qui semble convenir à mes auditeurs.

N’oubliez pas que le plus important n’est pas la prod (même s’il faut absolument éviter d’avoir un son dégueu…), mais bien le contenu, et la “programmation”, c’est-à-dire les invités que vous pourrez avoir. Passez beaucoup de temps là-dessus, c’est plus important que le montage si le contenu est bon !

J’en finis là pour ce partage d’expérience. Si ce post vous est utile, je vous remercie de penser à parler de GDIY autour de vous et lors de vos épisodes de podcasts. L’échange entre podcasteurs est le meilleur moyen pour gagner des auditeurs, et ne vous inquiétez pas, ça ne vous en fera pas perdre bien au contraire!

Si vous avez encore des questions, suggestions, vous pouvez toujours me contacter sur mon Linkedin ou un peu partout sur internet ; ).

Les articles

Résumés des épisodes, articles sur l’entrepreneuriat et le monde du podcast en France.

Voir tous les articles
  • DESIGN & DEV
  • CROISSANCE
  • CONTENU
  • DATA LAB
  • FINANCEMENT
  • CONSEIL
  • DESIGN & DEV
  • CROISSANCE
  • CONTENU
  • DATA LAB
  • FINANCEMENT
  • CONSEIL
  • DESIGN & DEV
  • CROISSANCE
  • CONTENU
Génération Do It Yourself est soutenu par CosaVostra

Cabinet de conseil et agence digitale qui aide ses clients à innover, à penser différemment et à générer de la croissance grâce au digital. Nous serions ravis d’imaginer votre prochain projet innovant.
On en parle ?